Correspondance retardée par suite d’un incendie

(Mise à jour)

Décembre 1918 « correspondance retardée par suite d’un incendie »

Il semble bien qu’il y ait peu d’informations disponibles sur cette griffe apposée en violet sur le courrier à destination de la Belgique que nous avons pu retrouver. Les lignes maritimes et aériennes ne pouvant être prises en considération, il s’agit très vraisemblablement d’un incendie lié au transport terrestre. Les trois documents que nous avons montrent un courrier depuis Paris, un autre depuis Madrid, un troisième depuis Milan. Cet incident a donc pu se produire, d’une part le 21 décembre 1918, date du courrier français, ou juste après, d’autre part entre Paris et Bruxelles, et peut être même plus probablement avant ou à Charleroi, lieu de bifurcation des lignes entre Bruxelles d’une part et Liège d’autre part, sauf si le courrier passait par Bruxelles d’abord (en décembre 1918, les voies de chemin de fer étaient loin d’être toutes rétablies).

Le courrier concerné porte la marque correspondance retardée / par suite d’un incendie sur deux lignes, en violet.

Paris pour Bruxelles, tarif de la lettre pour l’étranger, 21 décembre 1918

retarde-suite-incendie.png correspondace-retardee-details.png

On a retrouvé cette griffe sur d’autres courriers, l’un en provenance de Milan pour Liège, l’autre en provenance de Madrid pour Bruxelles.

Hors collection : documents vus en vente sur site de ventes aux enchères

898_001 corr-retardee-madrid

voir https://semeuse25cbleu.net/miscellanees/les-voyages-interrompus/

Notons la vente Williame. Il y est fait mention d’un incendie du wagon postal, nous n’en avons pas encore retrouvé la trace.

Publicités

Mise à jour de la page sur la naissance du service postal aérien

Mise à jour de la page sur la naissance du service postal aérien, avec notamment tous les tarifs pour l’international que l’on peut rencontrer durant la période normale d’utilisation de la semeuse 25 c, c’est à dire jusqu’en juin 1927.

Nous n’avons pas encore beaucoup de lettres à présenter, mais au moins, les tarifs étant affichés, cela permet une recherche plus rapide.

Bibliographie

Alexandre, Barbey, Brun, Desarnaud, Joany  les tarifs postaux français (1627 – 1969) ;  ed Brun et fils, 1989.

Fausses surcharges (encore)

On connait de faux timbres. De fausses surcharges. De fausses enveloppes avec de faux cachets. Parfois seul le cachet est faux, parfois seule la surcharge, parfois tout est entièrement faux.

Que faut il pour s’en apercevoir avant que de risquer quelques euros, parfois plus, pour l’achat d’un objet qui n’aurait aucune valeur ? Une vérification de date (si oblitéré), de type de timbre (si il y a eu plusieurs types), de type de surcharge (idem) une grosse loupe et beaucoup de bon sens… Car quel serait l’intérêt d’un faussaire que de déprécier le timbre qu’il falsifie? Il s’agit bien d’une escroquerie laquelle en partant d’une vignette commune, relativement, embellit la chose : surcharges déplacées, à cheval, tenant à non surchargé etc.

Parfois c’est redoutable. Parfois c’est pitoyable.

Intéressons nous (encore!) au 25 c bleu surchargé « castellorizo ». Pour la petite histoire, rappelons que le 10 août 1920, à la suite de la signature du traité de Sèvre, les iles du Dodécanèse furent placées sous administration italienne. Pour autant, le lieutenant de vaisseau en charge de l’île de Castellorizo fit réaliser une troisième émission de timbres sur un petit stock de figurines parvenues par le navire « le Provence », à bord de celui-ci.

Il s’agit de timbres de France et du Levant surchargés OF CASTELLORIZO pour Occupation Française. La surcharge est verticale et descendante sur les petits formats (Semeuses) et horizontale sur les grands formats (Merson). Le cachet ayant servi à cette surcharge fut détruit le soir même du 26 août 1920, ce qui fait de cette émission une des plus brèves de l’histoire philatélique de France, marquée par de faibles tirages : les 4 Semeuses concernées ont chacune été tirées à 500 exemplaires, les 6 Mersons à 200 exemplaires, les 5 petits formats du Levant en nombres inconnus, mais sûrement faibles eux aussi.

Voilà donc la chose, 500 exemplaires, 10 millésimes possibles… bref, une véritable rareté que la côte de 230 euros en neuf ne reflète assurément pas. Pas complètement.

Tout d’abord, notre propre exemplaire.

Castellorizo-r°v°-signe-brun

Il est signé A. Brun, signature authentique, placée en bas du timbre. Le verso présente une adhérence.

Celui ci est aussi authentique :
$T2eC16h,!yEE9s5jHQbkBRcRiEl(Lg~~60_57

Il se trouve sur une lettre qu’on a déjà montrée ici, il est accompagné de deux certificats d’expertise. Et l’enveloppe est à 4000 euros (le prix baisse… jusqu’à quand?)

Et puis ce qui se vend en ce moment. En voici quatre exemples :

mJ4aVtYksa5wMjnZPy1o3WA Celui ci a déjà été signalé comme faux au vendeur. Ce n’est pas très dur à voir : la surcharge est mal orthographiée.. Ce vendeur même s’il assume la pleine responsabilité (blabla) précise cependant que l’objet n’est ni expertisé, ni signé. D’ailleurs, l’expression « Le vendeur assume l’entière responsabilité de cette annonce » est automatique et décharge simplement le site de responsabilité. Mais si la vente se fait, c’est quand même 225 euros pris à quelqu’un de crédule.

mkzrK0uB3aRyVmE2fkmWnTw

De celui-ci on dit juste qu’il est « very fine ». Certes, il n’est vendu que 1,80 $… mais tout de même, il reste faux et là aussi une loupe ou juste une comparaison dans les catalogues avec la surcharge originale le montre immédiatement.Notons qu’à ce prix, il faut ajouter la livraison de 2,30 $. Ce qui fait 4 euros au total, perdus.

$_12

Celui-ci le vendeur le qualifie de bel exemplaire, sans aucune autre mention. C’est l’un de mes préférés : la surcharge n’est pas authentique , le type de timbre qui supporte cette surcharge n’est pas le bon : seul le 1A a été utilisé car seul le 1A existait à cette date. Et il en coûterait à l’acheteur 35 euros.

$_12-2

Dernier objet pour ce matin, si le vendeur n’avait pas précisé (en allemand et en grec) que la surcharge était fausse, il aurait sûrement eu ma préférence : outre la surcharge grossière, il est oblitéré de Paris. Ce qui est peu commun pour un timbre n’ayant été utilisé que sur une toute petite île de Méditerranée. Même annoncé faux, le vendeur en demande malgré tout 5 euros. Je ne comprends pas qui pourrait acheter cela.

Quelques liens pour finir :

Résidence de France

Deux ventes américaines datant déjà un peu mais dont les objets font toujours rêver…

Lettre de Kerguelen au Havre, affranchie avec un seul timbre de France 25C «Semeuse» et oblitérée par un cachet exceptionnel et unique «République Française/résidence de France/Iles Kerguelen» type II «Administrateur résident» cachet en noir, avec le cachet sur l’enveloppe du « Point Natal/Mr 1/12 » transit c.d.s. et un « Le Havre/25-3/12 » porté à l’arrivée au verso. Dessus d’enveloppe ouvert un peu brutalement ayant causé une déchirure au coin supérieur droit près du timbre, mais sans le toucher, très bel ensemble par ailleurs ; une des quelques lettres originaires des îles Kerguelen existant avec marques postales supplémentaires

Kerguelen Island cover to Le Havre, franked with a single France 25c « Sower » and tied by a single outstanding strike of « Republique Francaise/Residence de France/Iles Kerguelen » type II « Resident Administrator » cachet in black, with choice strike of « Point Natal/Mr 1/12 » transit c.d.s., and a « Le Havre/25-3/12 » arrival bkst., cover opened a bit roughly at top causing a tear at top right corner near (but missing) stamp, otherwise very fine; one of the few existing Kerguelen Island covers with additional postal markings

Kerguelen 1

Pris estimé 750$, prix de vente : 1200 $ (environ 1000 euros)

Lettre de Kerguelen au Havre, affranchie avec un seul timbre de France 25C «Semeuse» et oblitérée par un cachet unique parfait «République Française/résidence de France/Iles Kerguelen» type II «Administrateur résident» cachet violet, incroyablement douce et choix, une superbe enveloppe exceptionnellement rare, surtout dans ces conditions remarquables.

Kerguelen Island cover to Le Havre, franked with a single France 25c « Sower » and tied by a single perfect strike of « Republique Francaise/Residence de France/Iles Kerguelen » type II « Resident Administrator » cachet in violet, incredibly fresh and choice, a superb cover of exceptional rarity, particularly in this outstanding condition.

Kerguelen 2

Prix estimé : 750 $. Pris de vente 1100 $ (environ 900 euros)

On en profitera pour (re)lire cette page plutôt instructive