Lettres simples et objets assimilés.

Lettres simples

Au moment de son émission en juin 1907, ce timbre fut utilisé à l’affranchissement de la taxe de recommandation fixée à 25 centimes depuis le 16 janvier 1879 pour le chargement ou la recommandation des objets de toute nature. Son utilisation pour la lettre simple n’a été rendue possible qu’avec le tarif du 1er mai 1910 (lettre quatrième échelon).

Le 1er janvier 1917 vit la mise en place de la tarification demandant l’affranchissement de la lettre simple 2ème échelon à 25c. Avec ce tarif du 1er avril 1920 le 25 c bleu débuta une nouvelle carrière, celle  de la Lettre simple 1er échelon. Il conserva ce rôle dans le tarif du 25 mars 1924, et jusqu’au changement du 16 juillet 1925.

Par son extrême longévité et par la commodité de sa valeur faciale, le 25 c bleu a pu servir de valeur d’appoint dans  tous les tarifs de sa date d’émission jusqu’au retrait du timbre. Nous en faisons ici une présentation non exhaustive et classée selon les tarifications.

Affranchissement à 25c

Affranchissement des lettres 4ème échelon de poids (1er mai 1910)

Affranchissement des lettres 2ème échelon de poids (1er janvier 1917)

Lettre 2ème échelon du 8 mars 1920

LDI-1920-09-mars

Affranchissement des lettres 1er échelon de poids (1er avril 1920)

Lettre simple du 2 avril 1921

LSI-1921-04-avril

11 octobre 1923 pour Rabat, Maroc à 75 c

LSE-1923-par-avion-maroc

lettre 1er échelon à  25 c
taxe aérienne à 50 c

Affranchissement  des lettres 1er échelon de poids, création de la poste restante

La loi du 29 mars 1920, créa outre le tarif du 1er avril, une taxe de poste restante à compter du 1er mai 1920.  Demandée depuis 1917, cette taxe venait compenser le surcoût de travail que demandait ce service de poste restante, qui existait la fin du siècle précédent. Une surtaxe d’un montant de 20c fut donc créée pour tous les objets postaux. En juillet 1922, une surtaxe spéciale de 5c fut adoptée pour les journaux.

La taxe de poste restante de 20 c était payable par l’expéditeur ou par le destinataire. Le plus souvent, elle était matérialisée par l’adjonction d’un timbre-taxe, plus rarement d’un timbre-poste.

23 novembre 1921, pour Paris

LSI-1921-poste-restante

Lettre 1er échelon : 25 c
Taxe de poste restante : 20 c

11 septembre 1923, carte-lettre pour Toulon

LSI-1920-poste-restante

En haut de la carte lettre, le timbre humide T 20 marque la taxe à payer par le destinataire, le timbre à 20c oblitéré à Toulon matérialisant cette taxe.

Lettre 1er échelon : 25 c
Taxe de poste restante : 20 c

Affranchissement des lettres 1er échelon de poids (25 mars 1924)

Lettre simple du 3 juin 1924, oblitération Daguin, avec timbre pour le numéro de l’arrondissement

LSI-1924-5-juin-departement

Lettre simple du 25 mars 1925

réponse

Formule avec réponse : feuillet plié, affranchi deux fois ; pour l’expédition, rue Danton, Paris 6ème, par le secrétariat de l’école polytechnique ; pour le retour par le destinataire à Marcillé la Ville (Charente).

Lettre 1er échelon (aller) : 25 c
Lettre 1er échelon (retour) : 25 c

Billet d’avertissement

Affranchissement à 25 c

Affranchissement à 25 c des billets d’avertissement (25 mars 1924)

La taxe des « Billets d’Avertissement en Conciliation »  fut d’abord différente de celle de la lettre simple. Le 16 avril 1906, le tarif et celui des Billets d’Avertissement devinrent identiques et le restèrent par la suite. Ces Billets d’Avertissement en conciliation étaient des invitations que les juges de paix des cantons adressaient à leurs justiciables pour être entendu contradictoirement avec un tiers qu’un différend opposait au justiciable.

Billet d’Avertissement en Conciliation du juge
de paix de Couptrain (Mayenne) le 19 septembre 1924

Billet-d-avertissement-1920.png

Ci dessous, ouvert :

billet-davertissement-interieur-1920

 

Publicités