Usage à Tanger et au Maroc

Tanger, ville à statut international à l’entrée de la Méditerranée, disposa de divers bureaux étrangers utilisant leurs timbres particuliers. Une liaison maritime reliant Oran à Tanger, via Gibraltar, ayant été inaugurée en janvier 1845, la France ouvrit en 1852 un bureau de poste rattaché à Oran. Un cachet d’oblitération par losange gros chiffres avec pour numéro 5106 est d’ailleurs signalé même si son usage effectif demeure incertain.

En dépit de l’instauration du double protectorat français et espagnol en 1911 les bureaux allemands et anglais continuèrent à fonctionner dans les deux zones. Le bureau allemand fut fermé en zone française le 4 août 1914, mais pas le bureau anglais. En zone espagnole le bureau allemand fonctionna jusqu’au 12 juin 1919.

Ces bureaux étrangers représentaient, comme en Chine ou au Levant, une sorte de perte de souveraineté de l’État d’accueil, ici l’État chérifien. Mais, en réalité, comme il n’existait alors, dans ce pays, à la différence de la Turquie, aucune poste nationale organisée et ouverte au public, ces bureaux ont constitué en réalité un apport positif au développement du pays et un premier exemple de ce que pourrait être une poste nationale moderne. A noter qu’il existait des postes locales privées, lesquelles furent fermées en 1911 au moment du protectorat, justement.

Concernant le Maroc, après l’apparition du mot « Maroc », en 1902, sur les timbres des Bureaux français, les premières émissions du protectorat comportèrent, à partir de 1911, un retour aux valeurs faciales en Francs et une surcharge en arabe, à laquelle fut ajoutée, en 1914, la surcharge « Protectorat français ». Celle-ci disparaissant totalement en 1917 pour montrer le retour à la souveraineté dans le cadre du protectorat. Pour autant, en vertu des accords internationaux entre la France et le Maroc, le Gouvernement Chérifien était tenu d’appliquer dans les relations franco-marocaines, les mêmes tarifs que ceux appliqués dans la Métropole.

Comme dans les autres territoires sous administration française, certains bureaux ont pu affranchir une correspondance à l’aide des timbres de métropole, même si cela n’était pas prévu initialement.

C’est le cas ici, pour une lettre recommandée de Casablanca pour Nancy, affranchie avec deux Mouchon surchargés 10 centimos et d’un 25 c semeuse pour la taxe de recommandation :

Port de la lettre : 10 c +10c (2ème échelon)
Taxe de Recommandation : 25 c

Tanger (Maroc) – 1913

Ouvert de novembre 1852 au 1er octobre 1913.

Spécialement pour le bureau de Tanger, on utilisa les timbres du Maroc français surchargés « TANGER ». Les timbres sont aux types Blanc, Mouchon et Merson.

Les bureaux du protectorat espagnol firent de même. Quant au bureau britannique, il y émit des timbres spéciaux surchargés « Tangier » , mais libellés en livre sterling, et non en peseta hassani ou franc français, comme dans les autres bureaux britanniques du Maroc.

Premier jour d’utilisation

Chacun connait plus ou moins les dates d’émission des 25c bleu, dont l’émission officielle eut lieu le 19 juin 1907 pour le type 1A puis le 1er juin 1920 pour le type 4 de carnet. La suite est plus floue : « fin 1921 » pour le type 1B, « mars 1924 » pour le type 3A et « fin octobre 1924 » pour le 3 B. Il semblerait qu’on puisse être plus précis ainsi que des passionnés l’ont découvert (voir ce forum)

– 140 type 1A : 18/06/07 (un jour avant l’émission officielle)
– 140 type 1B : 18/08/21 (émission « fin 1921 »)
– 140 type 3A : 22/02/24 (émission : mars)
– 140 type 3B : 24/10/24 (émission « fin octobre »)
– 140 type 4 : 01/06/20 (jour d’émission)

Ces premiers jours d’utilisation ne sont évidemment pas les mêmes que les premier jours des tarifs et sont moins faciles à trouver, car délaissés. Quelle ne fut pas ma joie lorsque j’ai trouvé ce timbre ci dessous : une hésitation entre 12 juin et 12 août… La somme était modique.

Mais en scannant la vignette à forte résolution, le cachet ne laisse planer aucun doute : nous sommes bien en août. On repart en chasse !

Quand l’acheminement devint impossible.

Dans notre étude sur les marques des vaguemestres, nous mentionnons les marques de retour à l’envoyeur et celles des acheminements impossibles.

Pour les plis recommandés, on a très vite pratiqué le retour à l’envoyeur.

1915-retour-temps-utile

Griffe RETOUR / A L’ENVOYEUR
et cachet Retour à l’envoyeur /Le destinataire n’a pu être atteint en temps utile

Les autres correspondances restaient cependant en souffrance.

Un mention spéciale a été apposée, sans réel succès :

Le 6 décembre 1914, le ministère décida de liquider toute cette correspondance : toutes les lettres furent traitées, certaines renvoyées aux expéditeurs, d’autres aux rebuts. La circulaire imposait à tous une estampille commune : LE DESTINATAIRE N’A PU ÊTRE JOINT EN TEMPS UTILE. Il y en eut de toutes les couleurs et de toutes les formes, sur une ou plusieurs lignes. Plus tard l’expression fut modifiée, « JOINT » devint « ATTEINT », et « EN TEMPS UTILE » devient « EN TEMPS VOULU », puis fut supprimée.

1915-retour-png

Retour à l’envoyeur / le destinataire n’a pu être atteint, 14 novembre 1915

Pour indiquer le renvoi sur le bureau initial, on apposa en accord avec le bureau de poste civile de la localité la griffe « RETOUR / A L’ENVOYEUR / Numéro » Ce numéro étant un numéro d’ordre de la nomenclature des bureaux.

Dans certain cas, du fait de l’interruption du service postal, l’acheminement devenait objectivement impossible. Pour retourner le courrier à l’expéditeur, du moins au service initial, on apposa alors le cachet « LIEU DE DESTINATION ENVAHI » puis la griffe « ACHEMINEMENT IMPOSSIBLE » qu’on ne doit pas confondre avec la précédente.

Ce fut le cas en août 1914 lorsque le service a été interrompu avec les départements envahis du Nord et de l’Est de la France, malgré les tentatives de contournement soit par le commission de contrôle de Pontarlier, soit par Genève et l’entremise de la Croix Rouge:

Amiens, 30 août 1914 pour Gueudecourt (Somme) : rupture du service postal, « LIEU DE DESTINATION ENVAHI »

Lettre d’Epernay (Marne) du 13 décembre 1914 pour Machault (Ardennes).

Le verso porte la mention « LIEU DE DESTINATION ENVAHI » ce que l’expéditeur savait parfaitement, puisque la lettre fut envoyée sous couvert de l’action de la Croix Rouge de Genève.

Même dans ce cas, Machault, occupé dès le 2 septembre 1914 resta coupé du reste du pays jusqu’au 11 novembre 1918.

Bien évidemment la transmission du courrier à destination des belligérants ennemis a aussi été suspendue, comme pour l’Allemagne ou l’Autriche, mais aussi pour la Russie après la signature du Traité de Brest Litovsk mettant fin aux hostilités avec l’Allemagne en décembre 1917 après le Révolution d’Octobre, ou encore les nouveaux pays baltes indépendants.

Paris, 7 janvier 1918 pour Moscou : Acheminement impossible du fait de la rupture du service postal

Ces dispositions son restées valables après la guerre dans certains cas, comme ici pour Reval (ancien nom de Tallinn) en Estonie en janvier 1919.

Après le traité de Brest Litovsk de décembre 1917, l’Estonie et les provinces baltes de Russie devinrent indépendantes, la date retenue étant celle de la proclamation de l’indépendance estonienne le 24 février 1918. En fait, elles furent occupées par l’armée allemande. Le 3 mars, avec la signature de la paix de Brest Litovsk, cette fois, la Russie reconnut cette indépendance et en août de la même année, elle accepta dans le cadre d’une clause additionnelle de renoncer à sa souveraineté sur les provinces baltes. En novembre 1918, avec l’effondrement de l’Empire allemand, l’Estonie se vit de nouveau menacée par les russes dénonçant le précédent traité après qu’un Comité révolutionnaire provisoire d’Estonie se proclama seul pouvoir légal en Estonie et demanda aux russes de « libérer le pays ». La guerre qui s’en suivit dura de janvier 1919 (interruption de notre service postal) à février 1920 quand fut signé le traité de Tartu reconnaissant l’indépendance de l’Estonie.

Chromo et découpis

Au début du XXème siècle certains éditeurs de cartes ont diffusé des cartes blanches, sur carton épais qui pouvaient servir de support à des dessins ou des collages. De nombreuses cartes postales ont circulé au début du XXe siècle, montrant des paysages réalisés avec de l’aquarelle et des timbres découpés et collés. Ce sont des découpis de timbres sur carte, représentant  des paysages, des créations pour accompagner une fête, des vœux … ce sont souvent des fleurs, parfois des personnages… Chaque carte est unique, cela va de soi.

maison au bord de l’eau, 25c semeuse et 15 c sage

moulin et pont, 25 c semeuseInfirmière (vu sur https://www.cparama.com/forum/decoupis-t9110.html)

Et pour finir une farandole de semeuses et aquarelle, en Provence :

decoupis danse semeuses

Premières machines à oblitérer : Daguin, Bickerdyke, Flier, Chambon

La réforme postale de 1876 fut accompagnée par une augmentation rapide du volume du courrier. Dès cette époque l’administration chercha à faciliter et accélérer l’annulation des timbres poste. La première machine, bien connue des philatéliste, est la machine Daguin, du nom du postier inventeur du concept par association de deux cachets dateurs, l’un annulant le timbre, l’autre servant de cachet témoin, le tout breveté en 1882.

Après bien des péripéties, « elle a été mise en service en 1884 (probablement au mois d’août), après avoir été soumise à des essais à la Recette Principale de la Seine au cours du premier semestre 1884 et peut-être même, avant d’heureux perfectionnements, dès 1882. » ( Dr Goubin Le Bulletin Philatélique du Midi, n° 253) cité par http://aremorica.free.fr/divers/daguin/index.php)

On parle alors de Daguin jumelées et ces empreintes . En 1924, on remplaça l’un des deux dateurs par une marque spécifique, ce qui permit de frapper en même temps une couronne ordinaire de timbre à date et un cadre contenant un texte ou une illustration. Même si le rendement n’était que de 3000 lettres à l’heure, cette machine a connu un vif succès et de nombreuses variétés : Daguin illustrée, non illustrée, Daguin ornée (avec une flamme décorée), Daguin ondulée, avec flamme à droite ou à gauche, et même verticale pour Orléans ! cette machine est restée en service jusqu’en 1991 et n’a connu de réelle modification qu’en 1947 quand le millésime a été écrit en quatre chiffres et non plus en deux seulement.

daguin bourboule

La Bourboule, Puy de Dôme, cachet Daguin 21 novembre 1924

Une machine canadienne électrique Bickerdyke produite par la Canadian postal supply company fut testée en décembre 1898 jusqu’à février 1899 à la poste de la rue du Louvre. Quelques courriers ont circulé dès cette époque, ils sont tous ou presque adressés à M. Maury, négociant en timbres poste. En revanche, la machine fut utilisée de 1900 à 1906 dans cinq bureaux parisiens. Son oblitération caractéristique en forme de drapeau – oriflamme aurait donné naissance au terme Flamme. Bien évidemment son moment d’utilisation est incompatible avec les dates du 25c bleu et on ne le cite que parce qu’elle a inspiré la machine suivante.

Cette autre machine américaine, nommée Flier et produite par l’International postal supply company, fut mise en service en 1904 dans les bureaux importants. Cette machine a d’abord annulé les correspondances avec la flamme drapeau puis l’on remplaça le drapeau par des flammes constituées de 7 lignes ondulées ou constituées d’un texte ou d’une illustration encadrée.

flier toulonToulon flamme flier, 29 mars 1921

Dans un double cercle plein (normalement, mais on trouve quelques cachets avec un seul cercle, très semblable aux empreintes SECAP), on trouve dans la couronne en haut le nom de la ville et en bas celui du département en toutes lettres et au centre un bloc dateur en lettres bâtons, un mois en chiffres romains avec une heure de levée sous la forme HH MM. Très efficace, elle traitait jusqu’à 30000 lettres à l’heure.

PARIS SAINT ROCH, 12 XI 1925, avec flamme de l’exposition internationale.

 

Parallèlement, d’autres machines furent testées.

La machine a oblitérer Krag d’origine norvégienne fut construite par la société Krag Maskin Fabrik A/S d’Oslo. C’était une machine à oblitérer à manivelle et après un essai en 1906, elle fut admise par l’administration en 1907. La Machine à oblitérer Krag oblitérait jusqu’à 18000 lettres par heure grâce à un rouleau qui laissait une empreinte sans fin faisant alterner timbre à date et lignes continues (7 lignes droites).

krag paris

Paris, machine KRAG de première génération (machines utilisées de 1907 à 1950), 25 juin 1912

La même machine, dès 1907 a produit aussi des oblitérations en 4 lignes seulement (au lieu de 7).

krag 4 lignes paris

Paris, machine KRAG de première génération (machines utilisées de 1907 à 1950), 29 août 1921

En mars 1911 l’administration des postes mit ainsi en service une machine conçue par l’ingénieur Chambon, originaire de Lausanne (Suisse). La machine produisant des timbres à date ressemblant beaucoup aux timbres à date suisse de l’époque, la marque postale obtenue a été nommée Cachet International. Ces machines furent très peu utilisées, sans doute comme machines supplémentaires dans une trentaine de bureaux de poste, dont treize bureaux parisiens souvent pour traiter le courrier de fin d’année.

L’empreinte est composée de sept lignes droites étroites, elles mêmes composées de treize tirets comprises entre deux blocs dateurs à double cercle à pont verticaux, les deux demi cercles formés par les ponts étant hachurés.Pour les marque d’arrivée ou de transit, les lignes sont absentes et seuls les blocs dateurs sont visibles.

Ces machines furent réformées en 1915, puis réutilisées très ponctuellement pendant une très courte période entre 1919 et 1921, comme par exemple à Rennes en 1919 ou Dijon Gare en 1921. Notons pour finir que Lyon eut deux machines (Lyon et Lyon Terreaux) et que trois bureaux parisiens l’utilisèrent pour leurs recommandés (Paris 22, 83, 111).

Paris 20, 10 juillet 1913, 200 rue des Pyrénées.

La lecture se fait verticalement :

L’American Field Service et la Réserve Mallet

Dès les premiers mois de la Première Guerre mondiale, des comités américains se formèrent pour encourager les jeunes américains à venir soutenir la mobilisation américaine en France et s’engager dans des missions humanitaires, principalement pour porter assistance aux blessés. Les premières unités d’ambulances furent créées près du front et formèrent l’American Ambulance Field Service ou Service aux Armées de l’Ambulance Américaine en avril 1915 par A. Piatt Andrew.

Trente-trois sections sanitaires (SSU) de l’AFS furent détachées auprès de l’Armée Française sur tous les théâtres d’opérations en France et dans l’Armée d’Orient.

Après l’entrée en guerre des États-Unis en avril 1917 et lorsque les régiments américains devinrent opérationnels fin 1917, début 1918, les SSU passèrent sous l’autorité de l’Armée américaine tout en demeurant détachés auprès de l’Armée Française. A l’initiative du Haut Commandement Français, fut alors organisée la Réserve Mallet, service de transports de camions militaires français, conduits par des bénévoles américains.

La réserve Mallet fut ainsi nommée parce que sous les ordres du capitaine de cavalerie Mallet et parce qu’elle n’était attachée à aucun corps d’armée, mais maintenue en réserve pour le service de transport d’urgence.

Reserve mallet.png.jpg

Grand Cahet de la RESERVE MALLET / CENTRE AMERICAIN
Trésor et Postes 89, 17 août 1917, Section TM 537, Convois automobiles par le BCM de Paris pour Peoria, Illinois

Bloom, l’expéditeur de la lettre fut l’un des douze premiers ambulanciers américains.

Nota : une section TM est généralement composée d’une voiture légère, de vingt camions, d’un camion-atelier et d’une motocyclette.

Chronologie simplifiée de la réserve Mallet

  • 8 mai 1917 première section de transport à rejoindre le front
  • 1 octobre 1917 sections de transport prises en charge par l’armée américaine
  • 28 octobre 1917 bataille de Malmaison sur le Chemin des Dames
  • 21 novembre 1917 convoi à Montdidier en soutien de l’offensive britannique sur Cambrai
  • 25 mars 1918 retraite du siège de Soissons
  • 29 mai 1918 retraite de Chavigny
  • 19 octobre 1918 engagement dans la bataille de Champagne
  • 11 novembre 1918 armistice
  • 28 novembre 1918 départ du commandant Mallet
  • Courant 1919 (avril ?), retour aux Etats Unis

Voir : Armées américaines en France

Bureau français à l’étranger : Mersine

Mersina (en turc « Mersin ») est l’ancienne ville romaine de Pompeipolis, port méditerranéen de la ville de Soloi, site  occupé sans doute depuis le 13ème siècle avant notre ère.
Au XIX° siècle, la compagnie des Messageries Maritimes choisit ce port, devenu un centre assez important, pour y établir une escale sur la ligne de paquebots reliant Alexandrie à Constantinople.

Un bureau de distribution fut ouvert à la fin du mois d’août 1852. Il était géré par des agents de la « Compagnie des Messageries maritimes » (comme Cavalle – Dedeagh – Port-Lagos et Vathy) mais fut converti en bureau de recette (et donc autorisé à effectuer toutes les opérations postales, y compris émission et paiement de tous mandats, quelle que soit la somme envoyée ou reçue) aux environs de 1891. Redevenu, bureau de distribution en 1911, il fut fermé en août 1914 mais la marine française y conserva une base jusqu’en 1923.

Mersina, Turquie d’Asie 29 mars 1910 pour Toulouse