Les faux du 25c bleu

Faux de 1913

Il est très rare, de couleur bleu foncé. Le Timbre-poste. Journal mensuel indépendant des collectionneurs…, 1913, p 137 (ce journal est devenu ensuite l’Echangiste universel) mentionne ce faux :

Falsification

Il aurait été découvert en 1913 par M. Bajet et signalé ensuite. A noter que ce faux est très similaire au faux 10 c. de 1914 dont l’étude a été réalisée par le Dr Grasset (« 10c. Semeuse camée faux pour tromper la poste », Documents Philatéliques n° 84, 1981)

Les caractéristiques

  • dentelure linéaire 14.
  • couleur bleue, voire bleu-vert
  • trait de gravure épais formé de points et de taches à certains endroits
  • RÉPUBLIQUE FRANÇAISE : lettres inégales et défectueuses. Ç de FRANÇAISE trop grand, A couché vers la gauche et FR trop grand par rapport à l’original
  • Dans le mot POSTES, le O est mal fait et les S penchées vers l’arrière
  • Pouce de la main difforme et séparé de cette main, il forme une sorte de pince et peut manquer
  • Pied gauche mal dessiné et entièrement blanc
  • Taille : Il est plus grand que le timbre authentique

Faux de Marseille, dit «de Nice»

Timbre vendu d’Avril 1922 à Février 1923 dans le Sud-Est de la France surtout à Nice et Marseille (on trouve des oblitérés de toute la France). Les débits de tabac en ont distribué des quantités considérables (8 millions environ).

Les caractéristiques

Caractéristiques  presque toujours évidentes

  • Dentelure rectangulaire 13,5×13,5 et 13×13,5, plusieurs peignes ont été utilisés. On peut donc compter 13 dents horizontalement au lieu de 14.
  • Le pouce est collé a la main qui sème et descend obliquement en arrière, alors qu’il monte légèrement sur l’authentique. C’est le principal élément de distinction.
  • Le dernier E de République présente une barre inférieure qui se continue dans les cheveux. (Sur l’original, il a la forme d’un F sans barre inférieure).

Caractéristiques moins visibles

  • Ombres du visage moins bien dessinées (l’extrémité des hachures forme une sorte de ligne coupant le visage)
  • L’œil est mal fait (difficile à apprécier)
  • Parfois on a de grosses taches sur les pieds de la Semeuse.
  • Le C de centimes est plus rond que sur l’original et plus proche de la robe de la Semeuse.
  • Lettres de « République Française » sont plus étroites et le haut du C de Française est comme penché en avant.
  • Un trait blanc entoure totalement le pied droit et une partie du pied gauche.
  • Un trait de moins sur le bras droit et un espace entre ces traits et le coude.
A gauche, un original, à droite un faux de Nice

Original:faux

Détail d’un faux de Nice

faux de nice

Utilisation postale

En neuf ce timbre n’est pas si rare que cela. Son utilisation postale a laissé en revanche peu de traces, même s’il fut vendu à presque 8 millions d’exemplaires!

En revanche, les fausses lettres pullulent : il faudra donc être très attentif pour éviter un ensemble de vrai « faux timbre » sur fausse « vraie lettre ».

hors collection : faux de Marseille (dit faux de Nice) – Nice, 27 décembre 1922
vu sur site de ventes aux enchères

faux de nice lettre

Fausse surcharge pour la poste aérienne en Cilicie

Surcharge des facteurs

Facteurs x6

Pendant quelques jours, pour affranchir les lettres et colis par avion militaire à destination d’Alep, en Syrie (cf. carte de la Cilicie), un cachet POSTE PAR AVION a  été apposé sur le 15c semeuse lignée et le 40 c Merson, manuellement au guichet au moment du dépôt des lettres. On ne connait aujourd’hui que trois plis ayant circulé et quelques plis neufs. Toujours avides de bonnes affaires ou de collections complètes, le marché du timbre français, (marchands et philatélistes) demandèrent à posséder ces timbres. A Alep, quelques facteurs avisés fabriquèrent un faux cachet identique au premier et taillé dans un
pied de chaise et oblitérèrent un stock très important qui fut rapatrié en France. Hormis ces deux figurines dont la somme des faciales correspondait à la valeur de l’affranchissement, aucun timbre n’a été « officiellement » surchargé. Ces timbres sans aucune utilité postale existent donc uniquement pour les collectionneurs : ce sont des faux, ou plutôt des fantaisies.

Le timbre est authentique, la surcharge initiale avec valeur faciale est authentique, le cachet surchargeant (ce fameux pied de chaise) est authentique, les facteurs eux mêmes exerçaient réellement et pourtant, l’ensemble est faux : ni le bon guichet, ni la bonne date.

Bibliographie

Dr J. GRASSET, Les timbres faux pour tromper la poste de France, Pierre de Meyere, ed 1976

Dr J. GRASSET, « 10c. Semeuse camée faux pour tromper la poste », Documents Philatéliques n° 84, 1981

Publicités