Mise en place des CMIC et Secteurs Postaux

Commissions militaires interalliées

Après l’armistice du 23 septembre 1918 avec les Bulgares, puis un peu plus tard avec les ottomans et les hongrois, les armées françaises ont été déployées de la Croatie à l’Asie mineure, via la Hongrie, la Bulgarie, la Turquie d’Europe.

Les forces de l’aile droite de l’Armée Française d’Orient (AFO) stationnées sur le Danube reçurent la dénomination d’Armée du Danube (AD) fin octobre 1918. Le 1er mars 1919, le reste de l’AFO devint l’Armée de Hongrie, jusqu’au 31 août 1919 – date de sa dissolution, l’Armée du Danube redevenant l’AFO en septembre 1919 jusqu’en janvier 1920. Après novembre 1920, toutefois, l’AFO n’est plus composée que du corps d’occupation de Constantinople (6 novembre 1920 – 2 octobre 1923). Des instances interalliées ont aussi été créées pour s’efforcer d’organiser la paix, à la suite de la Conférence de la pays de Paris. Un Comité militaire allié de Versailles (CMAV) organisa alors des Commissions militaires interalliées de contrôle (C.M.I.C.), envoyées dans tous les pays vaincus, en vertu de l’article 203 du traité de Versailles, pour veiller à l’application des clauses militaires des cinq traités de la Paix :

  • celui de Versailles avec l’Allemagne (28 juin 1919)
  • de Saint-Germain-en-Laye avec l’Autriche (10 septembre 1919)
  • de Neuilly avec la Bulgarie (27 novembre 1919)
  • de Trianon avec la Hongrie (4 juin 1920)
  • de Sèvres avec l’Empire ottoman (20 août 1920)

Les CMIC fonctionnèrent jusqu’au 28 février 1927 pour l’Allemagne, jusqu’au 31 mars 1927 pour la Hongrie, jusqu’au 1er juin 1927 pour la Bulgarie. La révision des traités concernant l’Empire Ottoman et la naissance de la Turquie avait donné un statut particulier à la commission chargée d’appliquer le traité de Sèvres.

Certaines troupes restèrent présentes dans les territoires concernés, jusqu’en 1923 donc pour Constantinople et Smyrne. De nouveaux secteurs postaux avaient aussi vu le jour, certains étant repris à l’ancienne série des 500 (les SP 522, 523 et 529 restent inconnus), d’autres venant compléter la liste (série des 600).

Secteurs Postaux après l’Armistice

Occupation de Constantinople
  • SP 502 : Corps d’Occupation de Constantinople, fonctionna jusqu’en 1923
  • SP 505 : Corps d’Occupation de Constantinople, fonctionna jusqu’en 1923
  • SP 506, 506 B : pli militaire en franchise puis correspondance commerciale
  • SP 509A  : jusqu’à septembre 1919
Secteurs postaux en Hongrie, Bulgarie, Roumanie
  • SP 503 : Bulgarie (156 DI) jusqu’au 17/12/18 puis Russie (Odessa) du 18/12/18 au 6/04/19, enfin en Roumanie (Akkermann – auj. Ukraine : Bilhorod-Dnistrovskyi) après le 7/04/19
  • SP 510 : troupes françaises en Macédoine
  • SP 513 : Roumanie (16ème DIC) du 15/06/19 à août 1919
  • SP 513 A : Bulgarie (16ème DIC)
  • SP 515 : Roumanie (Constanza – 61ème RI)puis Russie (Odessa) à partir du 07/04/19
  • SP 516 : Hongrie (?) indice limé, 76ème DI
  • SP 520 : Hongrie (base de Szeged  puis Temeswar (auj. Timsoara en Roumanie)
  • SP 520 B : Roumanie (Arad)
  • SP 520 C : Roumanie (?)
  • SP 520 D : Roumanie (?)
  • SP 520 E : Serbie (Neusatz – Újvidék, auj. Novi Sad)
  • SP 521 : Roumanie (?)
  • SP 524 : Bulgarie (Sofia) 156 DI.
  • SP 524 A : Bulgarie (Varna)
  • SP 526 : Roumanie (Bucarest).
  • SP 526 A : Roumanie (Galatz, auj Galați)
  • SP 526 B : Roumanie (Constantza)
  • SP 527 : Bulgarie (Gumuldjina, auj. grec Komotini, turc : Gümülcine)
  • SP 527 A : Bulgarie (?)
  • SP 528 : Turquie (Smyrne)
  • SP 528 A : Roumanie (Constantza).
  • SP 530 :  Turquie (Makri-keuy, auj. Makrikoy – Bakırköy, périphérie ouest d’Istanbul)
  • SP 530 B : Turquie (Hadim-keuy, auj. Hadimköy, nord ouest d’Istanbul)
  • SP 549 A : utilisé comme adresse postale à la fin de 1918
Secteurs postaux au Moyen Orient

Il s’agit de la série des 600. On ne retiendra cependant ici que les SP « trésor et postes », d’avant 1924 et la séparation de la poste et du trésor. Certains numéros avaient déjà été attribués avant l’armistice :

au Moyen Orient :

  • SP 600 Beyrouth
  • SP 601 Suez, puis Port Said (1917-1918), enfin Beyrouth
  • SP 601A Jaffa, Ramleh
  • SP 601B Lydda

en Grèce :

  • SP 602 Athènes, officier français, notamment attaché militaire jusqu’en 1923

en Italie, pour les étapes :

  • SP 603 et 603 A  : Tarente (ex 525) puis Livourne et SP 604 : Livourne puis Rome auxquels s’est ajouté pour un mois le SP 605 : Venise (créé le 20 janvier 1919 puis Vérone de février à avril 1919)

Les autres numéros vinrent compléter la série au fur et à mesure de l’installation des armées françaises.

  • SP 605 Tripoli (après avril 1919)
  • SP 606 Adana puis Rayak
  • SP 606A id. (412ème RI)
  • SP 607, 607A, 607 B Alexandrette puis Merdjayoun
  • SP 608 Mersina
  • SP 609 Soueida
  • SP 610 Damas
  • SP 611 Lattaquié
  • SP 612 Tripoli Homs
  • SP 613 Deir es Zor
  • SP 614 Alep
  • SP 615 Alep
  • SP 615C Djerablisse (auj. Jarablus ou Jarabulus, à la frontière entre la Syrie et la Turquie)
Publicités