Les timbres de roulette : le distributeur ABEL

Un excellent travail de recherche a été effectué sur philatélie-roulette.blogspot à cette adresse

Je reproduis donc cet article:

_ La littérature philatélique nous apprend que le premier distributeur de roulettes a été mis en service le 13 mars 1908 à l’Hôtel des Postes de Paris et qu’il distribuait une vignette à 10c. (voir : http://philatelie-roulette.blogspot.com.tr/2010/07/flash-special.html)
_ Très peu d’illustration existe sur ce distributeur, mais après quelques recherches, j’en ai trouvé quand même quelques une.
_ Tout d’abord celle-ci, extraite de la revue « LA NATURE » N°1913 du 22 janvier 1910 page 113, qui correspond à cette première machine. L’article de trois pages nous fournis une multitude d’explications sur le fonctionnement de l’appareil.
Le distributeur « ABEL ».
Et un zoom sur la partie du mécanisme, nous en apprend d’autres. Certes la bobine n’est pas dans le bon sens, enfin pas dans celui que l’on connait. Et il faut se rappeler qu’à cette époque il n’y avait pas de factice, et c’est très certainement la maison « Société Française de distributeurs automatiques Abel » qui a dû fabriquer ses bobines pour la mise au point du distributeur.
Les opérations effectuées lors de la distribution du timbre-poste sont :
1°) Le maintien de la bande par les deux bloqueurs « TT »;
2°) La coupe suivant l’axe repéré « EE »;
3°) Le recul du couteau et des bloqueurs;
4°) La mise en rotation des molettes « NN », servant à évacuer la vignette coupée, puis des molettes « MM », servant à avancer d’un pas la bande de timbre-poste, les galets « NN » et « MM » ne sont pas moleté sur toutes la circonférence, mais uniquement sur une longueur d’un timbre pour les molettes « MM », et d’un timbre et demi plus un chouïa pour les molettes « NN », afin 1) d’évacué le timbre coupé et 2) de finir le dévidement de la bande pour une avance d’un timbre plus un petit quelque chose !!!
Pendant l’avance de la bande il y a deux pièces importantes de ce distributeur qui entrent en action. Ce sont les griffes « GG ». Leurs extrémités sont munies de pointe et elles ont un mouvement de rotation suivant l’axe « O ». Elles sont écartés de la bande au début du dévidement, afin de sortir les pointes qui sont entrées dans la dentelure, puis elles sont finalement libéré pour qu’elles se repositionnent dans la dentelure suivante et par leur effet de rotation repositionnent la dentelure à exactement une hauteur de timbre de l’axe de coupe, lorsque la bande est libérée des molettes.

En fin de distribution, il y a donc un timbre sous l’axe de coupe « EE », puis la bande maintenue par les griffes « GG ».

Le mécanisme d’avance et de coupe de la bande.

Après ce résumé de la revue, quelques détails qui nous intéressent un peu plus et qui ne sont pas donnés.

Le premier détail est la distance qu’il y a entre l’axe de coupe et le noyau de la bobine équivalent à un peu plus de six timbres.Ca ne vous rappelle rien ?
Le deuxième correspond à la position de l’axe de maintien de la bande qui oblige à avoir au moins deux vignettes au dessus du dernier timbre à distribuer.
Et enfin le troisième avec ses molettes « NN » et « MM » qui ont laissé de si jolies traces.
Les axes
Quelques implantations.
Je sais tout du 15/06/1908 Page 573
A l’Hôtel des Postes.
Le journal de la jeunesse du 18/12/1909 Page 48
Publicités