Timbre le plus célèbre (et le plus cher!) au monde

Pour une fois on parlera d’un autre timbre…

Image

« Un minuscule timbre octogonal datant du XIXe siècle, le One-Cent Magenta, a été vendu mardi 17 juin à New York pour 9,5 millions de dollars (7,01 millions d’euros) pulvérisant le précédent record pour un timbre aux enchères. Exemplaire unique, il avait été estimé à entre 10 et 20 millions de dollars par la maison d’enchères Sotheby’s. »

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/06/18/plus-de-7-millions-d-euros-debourses-pour-un-timbre-a-new-york_4440166_3222.html

Tout le monde en philatélie ou presque connait l’histoire maintes fois racontée de ce timbre. Elle est accessible sur wikipedia ici par exemple (en anglais) pour les néophytes, dans la presse spécialisée un peu partout ailleurs.

Ce qui me fait réagir à cette vente aujourd’hui, ce n’est pas tant la vente que la relation de celle ci faite par le monde dans son édition en ligne de ce matin. Et pour le commentaire :

Charele 18/06/2014 – 07h18 – Un bateau, quel bateau ? Besides, une telle transaction est simplement scandaleuse.

C’est vrai ça, où est le bateau sur cette reproduction dans la presse nationale : eh oui, on ne voit pas le bateau, et pour cause, le monde nous donne à voir le VERSO du timbre !

Image

Encore heureux qu’il soit à l’endroit… certains journaux le présentent tête en bas ! Du coup, très dur de voir le bateau imprimé de l’autre côté, et toute la vision est dissimulée par les cachets d’experts (http://postalmuseumblog.si.edu/2014/05/one-cent-magenta-from-british-guiana-visits-national-postal-museum.html).

Quant au scandale d’un tel prix… Certes, c’est immensément cher et c’est bien ça qui est retenu ici et ce n’est que cela, car en vrai, le peu de soin apporté à la reproduction (à l’envers, tête en bas etc) montre bien que ce qui attire le journaliste, c’est d’abord l’idée du prix, du choc que cela peut produire, de la connivence que cela peut créer avec le lecteur !

Ce n’est plus de l’information (où est le Guyana, qui étaient les collectionneurs – Ferrary (né Ferrari, filleul de Philippe d’Orléans, comte de Paris, légua sa collection à Berlin car c’était le seul musée postal existant à l’époque) mériterait bien quelques lignes,  – pourquoi est il resté unique…), c’est juste un scoop de plus. Mais sans doute ceci qui demande un peu de lecture, d’intérêt, de passion n’est pas dans l’air du temps, sans doute, il vaut mieux là aussi choquer le lecteur pour l’attirer (même sur internet) plutôt que de tenter d’enrayer sa disparition par des articles de meilleure qualité.

Publicités

Une réaction sur “Timbre le plus célèbre (et le plus cher!) au monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s