Chemin de fer du Hedjaz

Après de nouvelles informations et découvertes, nous proposons une nouvelle page sur le chemin de fer du Hedjaz et les timbres surchargés qui s’y rapportent. Elle est consultable en suivant ce lien : https://semeuse25cbleu.net/usages-non-postaux-2/chemin-de-fer-du-hedjaz/

hedjaz X3 2:2

SP 524 : une trace de la présence française à Sofia, Bulgarie, en 1922

Après l’armistice du 23 septembre 1918 avec les Bulgares, puis un peu plus tard avec  les ottomans et les hongrois, les armées françaises ont été déployées de la Croatie à l’Asie mineure, via la Hongrie, la Bulgarie, la Turquie d’Europe. Après le conflit, des instances interalliées ont été créées pour s’efforcer d’organiser la paix, à la suite de la Conférence de la pays de Paris. Un Comité militaire allié de Versailles (CMAV) organisa alors des Commissions militaires interalliées de contrôle (C.M.I.C.), envoyées dans tous les pays vaincus, en vertu de l’article 203 du traité de Versailles, pour veiller à l’application des clauses militaires des cinq traités de la Paix :

  • celui de Versailles avec l’Allemagne (28 juin 1919)
  • de Saint-Germain-en-Laye avec l’Autriche (10 septembre 1919)
  • de Neuilly avec la Bulgarie (27 novembre 1919)
  • de Trianon avec la Hongrie (4 juin 1920)
  • de Sèvres avec l’Empire ottoman (20 août 1920)

Ces CMIC fonctionnèrent jusqu’au 28 février 1927 pour l’Allemagne, jusqu’au 31 mars 1927 pour la Hongrie, jusqu’au 1er juin 1927 pour la Bulgarie. La révision des traités concernant l’Empire Ottoman et la naissance de la Turquie avait donné un statut particulier à la commission chargée d’appliquer le traité de Sèvres.

Parallèlement à cela, des troupes restèrent présentes dans les territoires concernés, jusqu’en 1923 pour Constantinople et Smyrne (le bureau est de Smyrne fonctionna entre juin 1920 et le 1er mai 1923 en tant que secteur postal Trésor et Postes 528, ouvert aux civils. Après le 1er mai 1923 et jusqu’à la fermeture du bureau les timbres furent annulés par une griffe « Postes françaises à SMYRNE ».).

Ailleurs, suivant les troupes, de nouveaux secteurs postaux avaient vu le jour. Pour autant, certains furent repris à l’ancienne série des 500.

Carte postale 1 er avril 1922, tarif UPU 30 c cachet du SP 524 à Sofia.

524 sofia

Ainsi, le SP 513 A correspondait il à la division d’infanterie coloniale en place en Bulgarie. Le SP 524 était à Sofia même. Le SP 520 correspondait à la base de Temeswar (Timsoara aujourd’hui), alors que le 520 B était à Arad, toujours en Roumanie. Plus connu, le 528 était à Smyrne (Turquie), alors que le 528 A était à Constantza (Roumanie). Pour finir, le 530 correspondait à Makri-keuy (Makrikoy – périphérie ouest d’Istanbul et le 530 B à Hadim-keuy (Hadimköy aujourd’hui, nord ouest d’Istanbul).

Reconstitution des secteurs postaux Région Edessa – Monastir (1917-1918)

Secteurs postaux front d'orient Région de Monastir-EdessaOn pourra retrouver le descriptif des secteurs postaux, avec le moment de leur présence sur cette page : https://semeuse25cbleu.net/miscellanees/larmee-dorient/

La brève existence du secteur postal de Constantinople 509 A

L’Occupation de Constantinople (12 novembre 1918 23 septembre 1923) correspondit à l’occupation de la capitale de l’Empire Ottoman par les forces britanniques, françaises et italienes, conformément à l’Armistice de Moudros, qui mit fin à la participation ottomane à la Première Guerre mondiale. Les premiers soldats Français entrèrent dans la ville le 12 novembre 1918, suivis par les troupes britanniques le lendemain. Les troupes italiennes débarquèrent à Galata le 7 février 1919.

On peut diviser cette occupation en deux temps : l’occupation initiale qui s’est déroulée conformément à l’Armistice du 12 novembre 1918 au 16 mars 1920 ; puis, à partir du 16 mars 1920, en conformité avec le traité de Sèvres. Le traité de Lausanne, signé le 24 juillet 1923, mit un terme à cette occupation. Les dernières troupes alliées quittèrent la ville le 23 septembre 1923. Les premières troupes turques y entrèrent le 6 octobre 1923. Les troupes alliées occupaient zones basées sur les sections de Constantinople et mirent en place une administration militaire alliée dès début de décembre 1918. Le courrier a d’abord été expédié par la poste navale, puis à partir du 6 février 1919, un bureau militaire fut entièrement dédié aux envois civils. Il s’agissait du 509 A. En mai 1919 le secteur postal 506 à Galata, attribué auparavant à Moudros (île de Lemnos) fut créé à Istanbul et vint remplacer ce 509 A. Deux autres bureaux annexes furent ouverts à Istanbul : le 16 juin 1919, un bureau 506 B à Stamboul et à partir de décembre 1921 un 506 C à Pera.

Constantinople = 509 A

Ouvert à partir du 6 février 1919, ce bureau 509A fonctionna jusqu’en mai 1919 : ce secteur postal de Constantinople n’eut donc que trois mois d’existence.

509A

Lettre recommandée du 7 mars 1919, de Constantinople pour Paris,
tarif UPU à 50c représenté par deux semeuses 25 c

 

Page complète : https://semeuse25cbleu.net/miscellanees/larmee-dorient/

Croix Rouge, Dardanelles, Charles Roux & Asturias : l’aventure d’un navire hôpital

Fouinant toujours à droite et à gauche, toujours à la recherche de semeuses sur des courriers témoignant de la petite ou de la grande histoire, j’ai vu cette enveloppe :

LSE-Croix-rouge-dardanelles.png

Il s’agit d’une lettre de Paris, boulevard des Capucines pour la Suisse passée par le bureau de contrôle de Pontarlier. Sur le pli, on remarque la présence d’une vignette de bienfaisance de la Croix Rouge, intitulée « Dardanelles ».

Par ailleurs, il y a quelques temps, j’ai mis la main sur ce carnet de timbres de bienfaisance au profit de la Croix Rouge émis dans le but de financer l’affrètement d’un navire hôpital pour les blessés des Dardanelles en 1915. Le site de l’Arc en Ciel, (site de l’Association Française d’Erinnophilie) nous en donne le descriptif.

Numériser

« Carnet de 20 timbres (2 planches de 10 – 2 x 5), sous couverture RH 157 x 115, polychrome, représentant le navire-hôpital « Charles-Roux« . Le navire est peint en blanc avec une large bande verte. Les cheminées sont rouges. Texte en haut : « Croix Rouge française » (en rouge) ;  » Expédition des Dardanelles » (en noir). « Carnet de 20 timbres. Prix 1 franc » (en rouge). En bas à gauche : « Société française de Secours aux Blessés militaires » ; à droite « Siège central Paris, 21 rue François-Ier » (en noir). Cadre tricolore tout autour. A l’intérieur de la couverture, à gauche, texte en noir intitulé « Pour les blessés des Dardanelles« , appel pour la réalisation du navire-hôpital. A droite et au verso, reproduction d’un article de Pierre Loti : « Pour les grands blessés d’Orient » et extrait du « Figaro » du 13 juillet 1915. »

Jusqu’à présent, et depuis mai 1912 les carnets de la Croix rouge représentaient en couverture, soit en sépia soit en couleur un zouave blessé au bras, soigné par une infirmière dans un camp au Maroc. C’est le cas sur cette reproduction à l’occasion de la nouvelle année 1913.

hors collection : carnet 1912

carnet-couverture-zouave

Si on revient au carnet orné d’un bateau, il contient des timbres qui représentent ce même camp de la Croix Rouge au Maroc. Ce qui est loin des Dardanelles, mais on n’en voudra pas à la Croix Rouge de ce tour de passe passe pour la bonne cause.

Zouave-blesse

C’est la vignette de l’enveloppe ci dessus. Mon attention, alors s’est portée sur le bateau représenté. Pourquoi celui-ci plutôt qu’un autre ? Et d’ailleurs pourquoi un navire plutôt que l’habituel zouave ?

Premier navire à turbines français

Ce bateau a été le Charles Roux. Le Charles Roux fut le premier navire à turbines français, à triples hélices. Il était peint en blanc avec une large bande verte. Les cheminées étaient rouges. Construit à Saint-Nazaire, lancé le 25 septembre 1907, il a quitté ce port le 4 juin 1908 pour Marseille.

Construction du Jules Charles Roux, chantiers navals de Saint Nazaire

Charles-Roux-saint-nazaire.png

Après divers réglages, après qu’on a rehaussé les cheminées et repeint la coque en noir, il prit son service sur les lignes d’Afrique du Nord entre Alger et Marseille pour la Compagnie Générale Transatlantique.

Cachet du navire, Compagnie Générale Transatlantique 8 août 1909

Cachet-charles-roux.png

La guerre lui offrit une tout autre carrière. Il fut en effet réquisitionné et, de mars à mai 1915, le « Charles Roux » fut utilisé comme transport du Corps Expéditionnaire aux Dardanelles où il devint le premier navire français à débarquer des troupes.

hors collection : le Charles Roux, non cité mais facilement reconnaissable
Charles-rous-debarquant-les-troupes

Hôpital flottant

De juillet à août 1915, il fut transformé en navire hôpital aux chantiers de Provence de Port de Bouc. Affrété par la Croix Rouge, il servit d’hôpital chirurgical flottant à Moudros, non sans qu’une collecte de fonds ait été nécessaire pour financer cette opération. D’où les fameux carnets sans doute.

Un navire hôpital s’il voulait être reconnu comme non belligérant devait se conformer à certaines dispositions de la convention de Genève en arborant de grandes croix rouges sur une coque généralement peinte en blanc. De plus, on pouvait distinguer les navires-hôpitaux civils (coque blanche ornée de croix rouges, avec une large bande rouge) et les navires hôpitaux militaires (coque blanche ornée de croix rouges, avec une large bande verte).

C’est ce que nous montre cet autre carnet de timbre au profit de la croix rouge :

Charles-roux-bande-rouge

Le passage d’une couverture de carnet à l’autre semble bien témoigner de la volonté d’afficher le statut civil ou militaire, or l’hôpital flottant à Moudros était militaire comme en témoignent les griffes de l’hôpital chirurgical flottant du C.E.O.

Griffe de l’hôpital chirurgical flottant du Corps Expéditionnaire d’Orient

hopital-flottant-nice.png

Mention écrite de l’hôpital chirurgical flottant Charles Roux
du CEO avec cachet Trésor et Postes SP 196564_001

Asturias et Charles Roux : deux navires hôpitaux dans la guerre

Pour autant ceci ne garantissait pas complètement le navire. En effet un navire-hôpital qui serait utilisé, même partiellement, dans des opérations militaires (transport de troupes, de matériel etc.) perdrait son statut de non-belligérant. C’est ce que nous rappelle l’histoire de l’Asturias.

Hors collection : carte postale colorisée de l’Asturias, vers 1912
asturias.png

L’Asturias, lancé lui aussi en 1907, à Southampton, avait été réquisitionné pour le transports de blessés britanniques de France du Havre vers Southampton, dès août 1914 par la Royal Navy. En 1915, il rapatria les blessés de Méditerranée pour la campagne franco-britannique des Dardanelles et de Salonique mais aussi d’Égypte.

Hors collection : l’Asturias repeint aux couleurs
d’un navire hôpital orné de plusieurs croix rouges

Asturias repeint

Le 20 mars 1917, alors que le bateau avait débarqué à sa dernière escale d’Avonmouth en Cornouailles les blessés d’Orient et qu’il faisait route vers son port d’attache, avec à son bord les membres d’équipage et quelques médecins et infirmières, il fut touché par deux torpilles lancées par un sous marin allemand, tuant le capitaine, 1 infirmière et 12 aides soignantes. L’Asturias s’échoua finalement sur une côte du Devon où il demeura un temps avant d’être remorqué sur ordre de l’Amirauté jusqu’à Plymouth pour en faire un dépôt de munitions jusqu’à la fin de la guerre.

L’histoire n’en resta pas là. Le naufrage provoqua une vague d’indignation, à laquelle la marine allemande répondit que l’Asturias ne transportait aucun blessé au moment de la rencontre et qu’il n’était donc plus non-belligérant.

La liste des Navires hôpitaux britanniques détruits est longue : pas moins de 16 navires en principe non belligérants furent ainsi touchés, avec ou sans autorisation, faisant pas moins de 650 victimes non combattantes. C’est là, dans cette indignation, sans doute, qu’il faut chercher l’origine du projet du dessinateur de ce timbre bien connu des philatélistes.

Infirmieer-tipbre

Ce timbre de 15 centimes + 5 centimes au profit de la Croix-Rouge française est unique dans son grand format horizontal. Dans un décor théâtral, au travers d’une colonnade on distingue sur la droite de la gravure, une infirmière passant devant une ambulance (dans un lazaret non identifié) et sur la gauche un navire hôpital que l’on dit être l’Asturia (sic!).

Il a déjà été remarqué en 2011 dans Timbres magazine, qu’il ne pouvait pas s’agir de l’Asturias, mais sans pour autant identifier le navire. En effet l’Asturias n’était doté que d’une seule cheminée, ce que chacun peut vérifier aisément. Et d’ailleurs, pourquoi avoir voulu prendre l’Asturias plus qu’un autre comme modèle ? Pourquoi avoir voulu retenir un navire hors service au moment de l’émission de ce timbre ? On serait plus prudent en faisant le pari de l’allégorie du navire hôpital. Et cette allégorie, en fait, on s’en doute, est inspirée directement du Charles Roux déjà représenté sur tous les carnets au profit de la croix rouge.

Ceci donnant tout son sens aux vignettes et aux couvertures des carnets de vignettes au profit de la Croix Rouge, avant que les timbres poste eux aussi au profit de la Croix Rouge ne soient émis. Il fallait une certaine continuité.

Le Charles Roux et l’Asturias après la guerre

A partir du 4 décembre 1916, le Charles Roux fut utilisé comme croiseur auxiliaire pour l’armée d’orient jusqu’au 16 décembre 1918. En 1921, il reprit du service pour la CGT, toujours en Méditerranée, puis subit des aménagements de juillet 1929 à mars 1930 (cheminées raccourcies, turbines changées, puissance réduite). Au début de 1935, la CGT l’utilisa sur la ligne Casablanca Bordeaux, avant de l’envoyer au Havre où il devait assurer des liaisons sur la mer Baltique. Le projet toutefois n’aboutit pas et le navire fut désarmé à Dunkerque à partir de décembre 1936 et durant toute l’année 1937.

L’Asturias quant à lui fut renfloué en 1921, envoyé à Belfast où il fut transformé en 1922 et il reprit du service comme navire de croisière, en mer du Nord, en Atlantique, en Méditerranée sous le nom d’Arcadian II. Les voyages de luxe et les croisières ayant été très affectés par la crise des années 1930, l’Asturias – Arcadian II est resté à quai à Southampton de 1930 à 1933, date à laquelle il fut démoli.

Un second navire de ce nom, l’Asturias II, fut mis à flot en 1925. Il assurait la liaison avec l’Amérique du Sud. Ce navire est celui des affiches de la Royal Mail. Il fut réquisitionné à son tour pendant la Seconde Guerre mondiale et transformé en croiseur auxiliaire. Torpillé en 1943, il fut abandonné jusqu’en 1945. Renfloué, réparé à Belfast, il reprit du service dès 1946 vers l’Australie et ce jusqu’en 1952. A cette date il fut converti en transporteur de troupes jusqu’en 1957 quant il fut vendu pour être démoli.

asturiasII-affiche

Certaines pièces de teck de l’Asturias II furent adaptées en mobilier de jardin par Hughes et Bolckow et on peut en voir encore beaucoup aujourd’hui en Angleterre. Toujours pour l’anecdote, avant d’être totalement démonté, l’Asturias II fut utilisé à bâbord comme décor du film A night to remember (en français : Atlantique, Latitude 41°) pour représenter le Titanic dans les scènes de vie alors que les ouvriers officiaient à tribord. Et la démolition n’a été achevée qu’une fois le tournage terminé.

CHARLES ROUX Navire hôpital (1916 – 1917)

charlesroux

Chantier :

Chantiers et Ateliers de Penhoët, Saint Nazaire
Commencé : 1906
Mis à flot : 1907
Livré : en juin 1908
Entrée en flotte : retardé pour réglages et modifications aux machines, en 1909 ligne d’Afrique du Nord. C’est le premier navire à turbines français.
En service (MN) : 04.02.1916
Retiré : 14.03.1917
Caractéristiques : 4 104 tjb ; 10 000 cv ; 3 hélices ; 116,32 x 13,9 m ; 20 nds ; 1 049 tpl

Observations :

Paquebot de la Cie Générale Transatlantique (CGT)
1914 – 1916 : transport de troupes
03.1915 – 05.1915 : utilisé comme transport de troupes puis transformé en navire-hôpital.
Sert d’hôpital flottant à Moudros mais n’est pas utilisé pour transporter des blessés.
03.1916 : rendu à la Transat et placé en réserve.
12.1916 : réquisitionné de nouveau et utilisé comme transport de troupes puis comme croiseur auxiliaire jusqu’en décembre 1918.
04.12.1916 au 14.03.1917 : réquisitionné
1916 – 1917 : navire hôpital
1917 – 1918 : transport de troupes
1919 : rayé
06.1921 : reprend son service à la Transat, après une longue remise en état.
1935 : désarmé
10.1936 : vendu pour démolition
1937 : démoli à Dunkerque


Armée d’Orient… quelques courriers et images

A propos du calendrier en vigueur dans les oblitérations de l’Empire Ottoman

Origine

Sous l’Empire Ottoman, c’est le calendrier religieux musulman qui était en usage. Les jours étaient comptés au sein de chaque cycle de phase lunaire. Or parce que la durée du mois lunaire n’est pas une fraction de la durée de l’année, un calendrier purement lunaire se décale rapidement par rapport aux saisons.

En 1677, le trésorier en chef (turc : Baş defterdar, ministre des finances) Hasan Pacha du Sultan Mehmed IV proposa de corriger les dates des dossiers financiers en supprimant un an (un an d’évasion) tous les 33 ans, résultant de la différence entre le calendrier musulman lunaire et le calendrier julien solaire.

En 1740 (1152 de l’Hégire) pendant le règne du Sultan Mahmud I, mars est adopté comme le premier mois de l’exercice pour le paiement des taxes et des relations d’affaires avec des représentants du gouvernement au lieu de Mouharram après proposition du trésorier Atıf Efendi.

Moralı Osman Efendi, sous le règne du Sultan Abdul Hamid I, étendit la gamme des applications fiscales en 1794 à toutes les dépenses de l’État et tous les paiements afin d’éviter les surplus de coûts découlant de la différence de temps entre les calendriers juliens et lunaires.

C’est ce calendrier julien, utilisé à partir de 1677 d’abord pour des raisons fiscales donc, qui a été adopté le 13 mars 1840 ( 1er mars 1256 de l’Hégire), dans le cadre des réformes du Tanzimat peu après l’accession au trône du Sultan Abdülmecid I, comme le calendrier officiel  et nommé «calendrier Rumi» (littéralement «calendrier romain»). Le décompte des ans commence avec l’année 622, quand Muhammad et ses disciples ont émigré de la Mecque à Médine, cet événement marquant le début du calendrier musulman. Les mois et les jours du calendrier julien ont été utilisés, l’année commençant en mars. Cependant, en 1256 de l’Hégire la différence entre le calendrier Hijri et calendriers grégoriens avait atteint 584 ans. Avec le passage du calendrier lunaire au calendrier solaire, la différence entre le calendrier Rumi et le calendrier grégorien est restée une constante 584 ans.

Afin de faciliter la conversion, la différence de treize jours entre le calendrier Rumi et le calendrier grégorien a été éliminée en février 1917. Le calendrier julien fut abandonné le 16 février 1332 de l’Hégire, laissant la différence de 584 ans. Ainsi, le 16 février 1332 de l’Hégire (16 février 1917) devient tout à coup le 1 mars 1333 de l’Hégire (1er mars 1917).

L’année 1333 de l’Hégire (1917) a été transformée en une année de seulement dix mois, allant du 1 mars au 31 décembre. Et le 1er Janvier 1334 AH est ainsi devenu 1er janvier 1918.  Le calendrier Rumi est resté en usage jusqu’à la dissolution de l’Empire Ottoman et dans les premières années de la République de Turquie.

L’utilisation de l’ère de l’Hégire a été abandonnée dans le cadre des réformes d’Atatürk par une loi du 26 décembre 1341 de l’Hégire (1925) et a été remplacée par l’ère nouvelle de 1926.

La langue sémitique/ottomane mixte (Teşrin-i Evvel, Teşrin-i Sânî) et les noms de (Kânûn-ı Evvel et Kânûn-ı Sânî) de langue ottomane de quatre mois du calendrier Rumi repris au calendrier grégorien turc, ont été modifiés le 10 janvier 1945 pour des noms de langue turque, Ekim, Kasim, Aralık et Ocak. Le 1 mars est resté le début de l’année jusqu’en 1981.

Conversion

Pour convertir des dates entre les deux calendriers, les périodes suivantes doivent être prises en considération :

1) Correction du début de l’année

Jusqu’à la fin de 1332 du calendrier rumi (1916), on remonte les derniers 12 ou 13 jours de décembre. Il en résulte que ces jours et janvier et février font partie de l’année suivante du calendrier grégorien (1917).

Inversement, et jusqu’à la même date, les dates grégoriennes de janvier, février et le premier 12 ou 13 jours de mars 1917 font partie de l’année précédente de Rumi, à savoir 1332.

2) Avant le 13 mars 1840, il n’y a pas de conversion, puisque le calendrier Rumi n’était pas en usage.

3) Entre le 13 mars 1840 (1 mars 1256 AH) et 13 mars 1900 (29 février 1315 AH)

Ajouter 12 jours et 584 ans pour trouver la date du calendrier grégorien.

NB : 1900 n’étant pas bissextile, le lendemain du 28 février 1900 (16 février 1315 AH) a été le 1er mars 1900 (17 février 1315 AH.)

Attention, la numération des mois a toujours une valeur 2 de décalage car l’année commence en mars. Ceci va durer jusqu’au 1er janvier 1918 : mars =01, avril = 02 etc, décembre = 10, janvier = 11, février = 12

 4) Entre le 14 mars 1900 (1 mars 1316 AH) et 28 février 1917 (15 février 1332 AH)

Ajouter 13 jours et 584 ans pour trouver la date du calendrier grégorien.

5) A compter du 1er mars 1917 (1 mars 1333 AH)

Ajouter 584 ans seulement

6) A partir du 1er janvier 1918

Après le 1er janvier 1918 due à l’utilisation du calendrier grégorien dans calendrier Rumi la date reste la même, seule l’année change. La date de la Proclamation de la République de Turquie, le 29 octobre 1923 est convertie en 29 octobre 1339 AH

Mois du calendrier rumi

Calendrier rumi

Comment lire une date ?

Le mode opératoire est en fait le même que pour les chiffres européens, appelés « chiffres arabes ».

chiffres arabes

Il est à remarquer qu’en arabe les chiffres représentant la plus grande valeur dans un nombre se trouvent à gauche, et la plus petite à droite, ceci bien que l’arabe soit lu de droite à gauche. Le nombre est en fait lu, en arabe, en commençant par la plus petite valeur.
Ainsi, la date du 23-11-1905, ci dessous est elle transcrite de droite à gauche 10-09-321, soit ١٠pour 10 puis ٩ pour 11 (mais c’est le neuvième mois d’une année commençant le 1er mars), enfin,٣٢١ pour 321 (de 1321). Ce qui donne bien 584 ans et 13 jours de décalage, avec une numération des mois où 9 correspond à 11.

date arabeOn le voit aussi très bien ici : la date très bien frappée du 9-7-21  est transcrite au 9-7-37 (1921-584 = 1337)

3-7-37